Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/urb10000/public_html/wp-includes/post-template.php on line 275

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/urb10000/public_html/wp-includes/post-template.php on line 275

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/urb10000/public_html/wp-includes/post-template.php on line 275

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/urb10000/public_html/wp-includes/post-template.php on line 275

16 juin 2009 / exhibition, News, VUE (Vitrine d'Expertise Citoyenne)

VUE n°3/ ECO-boulevard et arbres d’air

atelier d’architecture autogérée  invite

[ecosistema urbano]

pour une VUE (Vitrine Urbaine d’Expertise) – ECO-boulevard et « arbres d’air »

à partir de 15 Juin 

4, rue de Canada  75018 Paris

UN ECO-BOULEVARD

POUR UN NOUVEAU QUARTIER DE LA BANLIEUE DE MADRID

La proposition d’ECO-BOULEVARD à Vallecas se définit comme une opération de recyclage urbain qui consiste en l’insertion de trois “arbres” (technologiques) destinés à rafraîchir l’air et à dynamiser l’activité, dans une zone récemment urbanisée ; par un aménagement asymétrique, le projet propose la réduction du trafic routier, ainsi qu’une densification des alignements d’arbres. D’autres interventions plus légères (perforations, remplissage, peinture, etc.) s’ajoutent et se superposent à l’aménagement existant. 

RECYCLER LA NON-VILLE

L’organisation d’un concours  pour un Eco-boulevard, dans le cadre du développement suburbain de Vallecas, visait deux objectifs: l’un de nature sociale, avec l’intention de générer de l’activité, l’autre, de nature environnementale, qui consiste en la création d’un espace extérieur bioclimatique.

Les espaces publics appartiennent à tous et les projets proposés doivent agir comme supports pour un nombre d’activités, au-delà de ce qui pourrait être planifié, de façon à donner la possibilité aux citoyens d’agir librement et de manière spontanée. Nous pensions que la meilleure manière de réaliser un tel espace serait de planter des arbres, mais leur croissance est lente -on doit attendre de 15 à 20 ans pour qu’ils soient matures. Nous souhaitions tout de même réaliser immédiatement la qualité de l’espace offert par les arbres. Notre stratégie a donc été de se concentrer sur des endroits spécifiques, offrant un confort climatique et qui jouraient le rôle de “graine” -d’amorce- au processus de renouvellement urbain. Ainsi, plutôt qu’un bâtiment, nous avons proposé un espace dont la forme est donnée par l’activité même qui s’y développe dans le temps.

Trois pavillons nommés arbres d’air frais sont alors conçus pour accueillir différentes activités. Installés comme les prothèses d’une ville à venir, ils seront utilisés jusqu’à l’émergence d’une activité civique et la réalisation de l’aménagement végétal réel. Une fois ce but atteint, ces dispositifs pourront être enlevés et les anciens emplacements deviendront comme des clairières dans un “bois”.

L’arbre d’air est une structure légère, auto-suffisante en terme d’énergie et qui peut être facilement démontable. Il consomme seulement l’énergie qu’il produit grâce à des panneaux solaires photovoltaiques. La vente de cette énergie ‘verte’ dans le système national (quatre fois le prix d’achat) permet de réinvestir le surplus dans la l’entretien de la structure.

Ainsi, la gestion des ressources du projet est pensée dans le temps. L’usage de la technologie joue un rôle important dans l’adaptation du projet à son contexte spécifique. Le potentiel architectural de la technologie proposée réside dans la programmation et la combinaision des éléments empruntés à des systèmes existants, comme par exemple des techniques d’adaptation climatique utilisées dans les serres agricoles.

Les arbres d’air sont des objets de nature exportable, et peuvent donc être ré-installés sur des emplacements similaires ou dans d’autres situations demandant une activité urbaine régénérative (des nouveaux quartiers, des parcs et des squares désaffectés ou sous-utilisés). Le but d’un tel projet est de créer une atmosphère qui invite et promeuve des activités dans un espace urbain qui ne fonctionne pas.

L’adaptation climatique des systèmes installés dans les arbres d’air sont de type “évapotranspirant”, souvent utilisés dans les serres. Les pratiques aérotechniques ou l’adaptation artificielle ne font pas partie d’une stratégie commerciale ; au contraire, elles stimulent les activités de loisir, une consommation binomiale et favorisent la formation d’un espace public riche, par des environnements adaptés climatiquement (la température pouvant descendre de 8 à 10°C par rapport au reste de la rue pendant l’été).

[ecosistema urbano]- www.ecosistemaurbano.com